Auto

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

C’est une réflexion que l’on entend tout le temps : “les voitures sont devenues très chères”. Ah oui ? Toutes ? Et de combien ont-elles augmenté ? Auto-Moto s’est penché sur la question, en comparant les tarifs de 2019 à ceux d’aujourd’hui…

Dépollution, hybridation, électrification, amélioration constante du niveau de sécurité, développement des assistances à la conduite… Les raisons susceptibles de justifier la hausse des tarifs de nos voitures sont multiples. Et cette croissance des prix impressionne, surtout si l’on établit une moyenne des tarifs des véhicules vendus par chaque constructeur (le panier moyen), avec une part croissante de modèles hybrides, hybrides rechargeables et 100 % électriques.

Mais avec les conséquences d’une crise sanitaire planétaire et celles de conflits multiples, qui se traduisent par une forte hausse du coût des matières premières et de celui des transports, les véhicules ont vu leurs prix enfler sans même changer de nom ni d’énergie. C’est ce que nous pouvons constater en comparant certaines valeurs sûres du marché, dont une Renault Clio, une Zoe, une Peugeot 308, une Tesla Model 3 ou une BMW 320d d’aujourd’hui, avec leur équivalent de 2019. Attention, ça pique les yeux… et le compte en banque ! Surtout que le malus ne cesse d’augmenter pour les véhicules considérés comme polluants et que, dans le même temps, les conditions nécessaires à l’obtention du bonus deviennent de plus en plus restrictives.

Des bénéfices records pour les constructeurs

Selon l’association Transport & Environnement, qui de son côté a analysé les tarifs des modèles les moins chers de cinq constructeurs européens, la hausse s’établit à 41 %, soit près du double du taux d’inflation sur la période. La marge des constructeurs n’est vraisemblablement pas en baisse non plus : ils sont nombreux à avoir réalisé des bénéfices records en 2022 et 2023.

Une éclaircie apparaît toutefois en ce début d’année 2024 ; pour conserver un bonus ou pour adapter les gammes en fonction des nouveaux véhicules en cours de lancement, comme chez Renault avec le Scenic, certains tarifs sont revus à la baisse, en particulier du côté des voitures “électrifiées”. La Mégane électrique, par exemple, subit des allègements allant jusqu’à 4 500 €. La Dacia Spring, désormais privée de bonus, fait fondre son tarif de 2 400 €. Chez Toyota, le prix de base de la Prius a baissé de près de 2 000 € et, chez Volkswagen, tous les modèles badgés ID (sauf le Buzz), donc 100 % électriques, ont eux-aussi vu leur prix se tasser…

Renault Clio : + 32,6 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Renault Clio 4 – à partir de 14 100 €

Clio 2024 – à partir de 18 700 €

  • Entre 2019 et 2024, il ne s’est pas passé grand chose sur la star de Renault ; juste un sérieux restylage opéré à l’été 2023. Pourtant, sur la version de base, qui a conservé son moteur d’entrée de gamme 1.0 SCe à 3-cylindres de 65 ch, le tarif a augmenté de 4 600 € ! Soit plus de 32 % de majoration, auxquels s’ajoutent les 100 € de malus. On note toutefois l’apparition en série de la climatisation manuelle, des radars de recul et du système multimédia à écran tactile, qui faisaient tous défaut à la version de base en 2019.

Dacia Sandero : + 33 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Dacia Sandero – à partir de 8 990 €

Sandero 2024 – à partir de 11 990 €

  • Voiture la plus vendue aux particuliers France et Europe depuis 2017, la Sandero a profondément évolué entre 2019 et aujourd’hui, en changeant de génération. Au passage, la dotation s’est fortement enrichie, notamment au chapitre de la sécurité et dès la finition de base. Elle embarque deux airbags de plus qu’avant, un freinage d’urgence autonome, un régulateur-limiteur de vitesse et, entre autres, un contrôle de pression des pneus. Résultat ? Elle reste bon marché, avec le probable meilleur rapport prix/prestations du secteur, mais a subi une hausse de 33 %.

Peugeot 308 : + 42,5 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Peugeot 308 – à partir de 20 650 €

308 2024 – à partir de 29 420 €

  • Hormis son nom, la troisième génération de 308 n’a rien de commun avec sa devancière, ni côté look, ni côté prix. Comptez 8 770 € d’augmentation (+ 42,5 %) en entrée de gamme. Un changement considérable pour cette Peugeot, qui embarquait déjà en série, en 2019, une climatisation automatique à deux zones et un écran tactile de 10 pouces. L’écart de prix semble difficile à justifier, même si la marque souhaite monter en gamme, même si la dotation s’est légèrement enrichie, et même si la mécanique de base est passée de 110 à 130 ch…

Nissan Qashqai : + 46 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Nissan Qashqai – à partir de 22 050 €

Qashqai 2024 – à partir de 32 200 €

  • Les changements sont innombrables entre la deuxième mouture du Qashqai (2014-2021), qui reposait sur une plate-forme de Renault Kadjar, et l’actuelle, toujours produite au Royaume-Uni, mais sur une base technique plus récente de l’Alliance Renault-Nissan, qui sert notamment à l’Austral. Le diesel, proposé en 2019 à partir de 25 350 € en dCi 110 ch, a disparu. Même chose pour la déclinaison essence de base, appelée 1.2 DIG-T 115 ch. Résultat, le Qashqai débute à 32 200 €, avec la mécanique à hybridation légère de 140 ch.

Tesla Model 3 : – 13,5 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Tesla Model 3 Grande Autonomie – à partir de 59 000 €

Model 3 Grande Autonomie 2024 – à partir de 50 990 €

  • Voici l’exception ! Tesla, spécialiste lorsqu’il s’agit de “jouer” avec les tarifs et de réduire les coûts de production, a lancé en 2019 sa Model 3, en version Grande Autonome, à 59 000 €. Et l’américaine, produite de l’autre côté de l’Atlantique, a rapidement commencé à tailler des croupières aux Audi A4 et BMW Série 3. En 2024, alors qu’elle les terrasse complètement, la Model 3, désormais fabriquée en Chine, s’affiche à 50 990 € en Grande Autonomie, soit une baisse de prix 13,5 %. Et elle débute même à 42 990 € en Propulsion, seule déclinaison profitant d’un bonus (5 000 € dans le meilleur des cas).

Volkswagen Golf : + 37 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Volkswagen Golf – à partir de 23 630 €

Golf 2024 – à partir de 32 395 €

Nous parlons du prix d’une Golf 7 de l’été 2019, comparé à celui d’une Golf 8 (avant restylage). Son moteur de base, de 85 ch en 2019, débute désormais à 110 ch, et c’est son deuxième niveau d’équipement (Confortline, à partir de 26 800 €) qui s’approchait davantage de la version d’accès d’aujourd’hui. Le résultat indique tout de même 37 % d’augmentation, sur une voiture qui embarquait déjà il y cinq ans un écran tactile, un freinage d’urgence autonome, une climatisation et 7 airbags. Mais qui faisait l’impasse sur le maintien actif dans la voie de circulation, désormais en série. Le même calcul du côté des diesels, avec un TDI 116 à l’été 2019 (26 680 € en base) et un TDI 115 de 2024 (33 220 €) souligne une croissance du tarif de “seulement” 24,5 %.

Renault Zoe : + 9,7 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Renault Zoe 2 – à partir de 32 000 €

Zoe 2024 – à partir de 35 100 €

Même voiture, même batterie, même version : cette seconde génération de Zoe, lancée en fin d’année 2019, était proposée à la vente “sans batterie”, à 23 900 €, avec à la clé un loyer mensuel dédié à l’accumulateur. Avec sa batterie de 52 kWh, elle s’affichait en version R110 à 32 000 €, avant bonus de 7 000 €. En 2024, cette même Zoe, qui n’a pas enrichi sa dotation et n’a gagné que quelques kilomètres d’autonomie, débute à 35 100 €. Soit près de 10 % de hausse. Et elle ne peut profiter que d’un bonus de 5 000 €.

BMW 320d : + 24,8 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 BMW 320d 190 ch – à partir de 41 900 €

320d 2024 – à partir de 52 300 €

Dans l’univers des berlines routières haut de gamme capables d’enchaîner les longs parcours, la 320d faisait figure de mètre étalon. Mais le diesel, au bon vouloir de nos dirigeants, a pris du plomb dans l’aile. Et le tarif de cette 320d 190 ch, répondant au nom de code G20, a généreusement enflé entre le 1er février 2019 et aujourd’hui : + 10 400 € ! C’est cher payé pour profiter d’une Série 3 simplement restylée en 2022, qui entre temps a toutefois adopté une boîte automatique en série, une nouvelle signature lumineuse, un dispositif 48V, un équipement (un peu) enrichi et le système multimédia iDrive 8 des iX et i4.

Fiat 500 : + 139 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Fiat 500 – à partir de 12 690 €

Fiat 500 Hybrid 2024 – à partir de 18 700 €

Fiat 500 e 2024 – à partir de 30 400 €

  • 139 % de hausse ? Oui, lorsque l’on compare la 500 de base, en finition Pop (que Fiat vendait en 2019 avec l’antédiluvien 1.2 litre de 69 ch), à sa déclinaison actuelle, animée par un cœur 100 % électrique (30 400 € hors bonus, 190 km d’autonomie WLTP). Mais la précédente génération de 500 demeure au catalogue, en version “micro-hybride” de 70 ch, avec un tarif fixé à 18 700 €. Soit, tout de même, 47 % de majoration… sur un modèle rentabilisé depuis belle lurette, et qui rend les mêmes services qu’en 2019.

Audi A3 : + 30,8 %

2019-2024 : quelle augmentation sur les prix de nos voitures ?

2019 Audi A3 Sportback – à partir de 26 870 € TFSI 116

A3 Sportback 2024 – à partir de 35 170 €

  • En 2019, une A3 Sportback pouvait encore être dégustée avec une boîte de vitesses mécaniques (la version S tronic était proposée à 29 020 €). Si l’on prend en compte cette transmission, la hausse s’élève à 21,2 % par rapport au modèle de base en 2024, qui ne dispose plus de boîte mécanique en version 30 TFSI. En diesel 35 TDI (150 ch), version proposée en 2019 comme sur l’actuelle génération, débarquée à l’été 2020 avec un équipement mis au goût du jour, le tarif est passé de 32 650 € à 39 110 €, soit 19,8 % d’augmentation.

TOP STORIES

Top List in the World