Actualité

Actualité à la Une

Agents tués, détenu en fuite… ce que l’on sait de l’attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure

Deux agents pénitentiaires ont été tués et trois autres blessés, ce mardi 14 mai en fin de matinée, lors de l’attaque d’un fourgon au péage d’Incarville (Eure) par quatre hommes armés, a appris Le Parisien de sources concordantes. Un détenu, connu des services de justice, a pris la fuite.

Le plan « Épervier » a été déclenché pour tenter de retrouver le fugitif et le commando. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris, et plus précisément la Junalco, la juridiction nationale chargée de la lutte contre la criminalité organisée.

Que s’est-il passé ?

Ce mardi 14 mai, un peu après 11 heures, un fourgon de l‘administration pénitentiaire qui transportait un détenu, entre Rouen et Évreux, a été attaqué par un commando composé de quatre hommes armés, répartis dans deux véhicules. L’attaque s’est produite sur l’autoroute A154 au péage d’Incarville, situé sur la commune de Val-de-Reuil (Eure).

agents tués, détenu en fuite… ce que l’on sait de l’attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’eure

L’attaque s’est déroulée sous les yeux d’automobilistes arrêtés au péage et dont certains ont filmé une partie de la scène. Sur une vidéo postée sur X, on aperçoit à travers le pare-brise d’un véhicule, deux des malfaiteurs habillés en noir des pieds à la tête, pointant leurs armes pour braquer les véhicules de l’administration pénitentiaires bloqués par une berline noire.

Au moins deux agents pénitentiaires ont été tués dans l’attaque, un officier et un gardien, respectivement nés en 1972 et en 1989. « L’un d’entre eux laisse une femme et deux enfants (…), l’autre laisse une femme enceinte de cinq mois », a fait savoir le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti.

Trois autres agents ont été blessés, deux d’entre eux se trouvent dans un état critique, « leur pronostic vital est engagé », a précisé le garde des Sceaux. Le dernier agent, blessé à l’oreille, est sorti de l’hôpital.

Le détenu a pris la fuite avec le commando, reparti à bord de deux véhicules qu’ils ont rapidement abandonnés et brûlés avant de monter à bord d’un troisième véhicule non identifié à ce stade.

Le convoi pénitentiaire n’avait pas d’escorte de la police ou de la gendarmerie, a fait savoir une source proche du dossier à l’AFP. Celle-ci a expliqué qu’une escorte n’était pas « systématique » et était déployée à la demande de l’administration pénitentiaire. Néanmoins, le convoi était composé de cinq agents pénitentiaires dont un officier.

Que sait-on du détenu qui s’est évadé ?

Surnommé « La Mouche », le détenu qui s’est évadé a été identifié comme étant Mohamed Amra. Cet homme âgé de 30 ans a été condamné le 10 mai 2024 pour « vol avec effraction » par le tribunal d’Évreux, a fait savoir Laure Beccuau, la procureure de la République de Paris dans un communiqué de presse. Il a également été mis en examen par la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille pour « enlèvement et séquestration ayant entraîné la mort », a-t-elle précisé.

Selon nos informations, il est aussi mis en examen pour « tentative d’homicide » en bande organisée à Saint-Étienne-du-Rouvray. « La Mouche » a été incarcéré à la prison des Baumettes, à celle de la Santé avant d’arriver à Évreux, a appris Le Parisien. Selon une source policière, il est décrit comme étant à la tête d’un réseau de stupéfiants.

Contrairement à ce qui a été annoncé précédemment par le parquet de Paris, l’individu n’était pas répertorié comme « détenu particulièrement signalé » (DPS), a fait savoir le ministère de la Justice.

Il y a deux jours, le détenu qui s’est échappé avait tenté de scier les barreaux de sa cellule, selon une source pénitentiaire au Parisien. Il avait été placé à l’isolement et son niveau de surveillance avait été élevé à « Escorte 3 ». Au moment de l’attaque, le détenu, incarcéré à la maison d’arrêt d’Évreux, était en cours d’extraction pour se rendre au tribunal judiciaire de Rouen, selon nos informations.

Où en est l’enquête ?

Une enquête en flagrance a d’abord été ouverte par le parquet de Lille, qui s’est dessaisi au profit du parquet de Paris et de la Junalco, la juridiction nationale chargée de la lutte contre la criminalité organisée. Les magistrats sont attendus sur place ce mardi après-midi.

L’enquête a été ouverte pour des chefs de « meurtre en tentative de meurtre en bande organisée », passible de la réclusion à perpétuité, « évasion et bande organisée », « acquisition et détention d’arme de guerre » et « association de malfaiteurs en vue de la commission d’un crime ». Elle a été confiée à l’Office central de lutte contre la criminalité organisée (OCLCO) et la Police Judiciaire (PJ) de Rouen.

Le plan « Épervier » a été déclenché pour tenter de retrouver le détenu évadé et ses complices. Ce dispositif est activé lors d’un enlèvement, d’une évasion ou lors de la recherche et l’appréhension d’une personne recherchée. Il permet notamment de déployer plus de moyens pour retrouver un fugitif.

Plus de 200 gendarmes, provenant majoritairement de l’Eure, mais aussi des départements voisins (Seine-Maritime, Calvados, Val-d’Oise et Yvelines) sont mobilisés. La plupart sont issus d’unités de gendarmerie départementale et de sécurité routière. Un hélicoptère et des unités spécialisés, dont le GIGN, ont également été déployés en renfort.

Une cellule de crise a également été ouverte en fin de matinée à l’administration pénitentiaire dans le 19e arrondissement de Paris. Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti s’y est rendu immédiatement. Cet après-midi, le ministre doit se rendre à Caen pour rencontrer les collègues des agents pénitentiaires.

Quelle est la situation sur place ?

Bison Futé rappelle ce mardi après-midi que « suite à un incident impliquant un fourgon et une voiture à hauteur de la commune de Val-de-Reuil dans le département de l’Eure (27), l’autoroute A154 est désormais fermée dans le sens Incarville vers Evreux ». « Les équipes d’intervention et de sécurité sont sur le site de l’incident pour assurer la protection du site », ajoute Bison Futé.

Un itinéraire de déviation est prévu via l’A13 à l’échangeur n°20 de Criquebeuf en direction d’Evreux. « La durée de la fermeture est indéterminée », précise le site. La « plus grande prudence est recommandée » si vous vous trouvez dans cette zone, précise Bison Futé.

Quelles sont les réactions ?

Après la mort des deux agents de l’administration pénitentiaire, de nombreux membres du gouvernement et politiques ont réagi. À commencer par Emmanuel Macron : « L’attaque de ce matin, qui a coûté la vie à des agents de l’administration pénitentiaire, est un choc pour nous tous (…) Nous serons intraitables », a réagi le chef de l’État sur X.

« Tout sera mis en Å“uvre pour retrouver les auteurs de ce crime ignoble », a de son côté déclaré le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti. « La nation est en deuil, la République gravement attaquée », a ajouté le Garde des Sceaux en fin d’après-midi.

« Nous n’économiserons aucun effort, aucun moyen. Nous les traquerons. Nous les trouverons. Et je vous le dis, ils paieront », a lancé Gabriel Attal à l’Assemblée nationale, qui a observé une minute de silence.

TOP STORIES

Top List in the World