Auto

Automobile: l'équipementier MA France placé en liquidation judiciaire

automobile: l'équipementier ma france placé en liquidation judiciaire

Un transporteur rotatif transporte la cabine d'un tout nouveau Ram 1500 2019 à l'usine d'assemblage Stellantis “SHAP” de Sterling Heights (Michigan). – Stellantis

Le tribunal de commerce de Bobigny vient de placer en liquidation judiciaire l’équipementier qui emploie 280 personnes à Aulnay-sous-Bois et est un sous-traitant du géant de l’automobile Stellantis.

Le tribunal de commerce de Bobigny a placé lundi en liquidation judiciaire l’équipementier MA France, dernière usine automobile de Seine-Saint-Denis, employant 280 personnes à Aulnay-sous-Bois et sous-traitant du géant de l’automobile Stellantis, selon une décision. Les activités de l’entreprise ne sont pas maintenues en attendant sa liquidation par des mandataires.

Plus d’une centaine d’employés de MA France ont convergé lundi après-midi devant le tribunal judiciaire de Bobigny pour demander au procureur de faire appel de la décision de la cessation d’activité. Un important dispositif policier bloquait l’accès au tribunal.

En grève depuis le 17 avril, les salariés de MA France, propriété du groupe italien CLN (7.000 salariés, chiffre d’affaires d’un milliard d’euros), avaient lancé cette mobilisation pour sauver leurs emplois dans cette entreprise, qui emboutit des pièces essentielles de carrosserie pour les petits utilitaires Peugeot ou Citroën et aussi pour Renault.

Plus de 80% des pièces destinées à Stellantis

Lundi en milieu d’après-midi, une délégation de l’équipementier était reçue par le procureur. Un peu plus tôt, les députées LFI Aurélie Trouvé et Nadège Abomangoli, présentes sur place, avaient sollicité le préfet de Seine-Saint-Denis pour “obtenir un dialogue social avec les salariés”.

La mobilisation des ouvriers de MA France a mis à l’arrêt trois usines de Stellantis pendant plusieurs semaines. Plus de 80% des pièces qui sortent de chez cet équipementier sont destinées au groupe automobile franco-italo-américain.

Le ministre de l’Industrie Roland Lescure a demandé à Stellantis et Renault d’accompagner les salariés de MA France, en marge de la signature du contrat de filière automobile, à Bercy, il y a une semaine.

Selon Stellantis, MA France “rencontre des difficultés structurelles de compétitivité qui le handicapent dans l’acquisition de nouveaux marchés. Le contexte inflationniste (matière, main-d’œuvre, énergie) impacte d’autre part sa rentabilité”.

Les syndicats ont critiqué de leur côté le choix du géant de l’automobile de se délocaliser. Stellantis doit en effet commencer en 2025 l’assemblage de ses nouveaux utilitaires dans une usine turque. L'”emboutissage est repris par les usines Stellantis en Europe”, a précisé un porte-parole du groupe.

TOP STORIES

Top List in the World