Mercedes

Mercedes-Benz

Essai nouveau Mercedes Classe G (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes-AMG G 63 dispose d’un V8 de 585 ch. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Avec la suspension AMG Active Ride Control, le Mercedes-AMG G 63 est impressionnant d’efficacité sur route. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes-AMG G 63 peut être optionné d’un pack off-road AMG Pro qui le rend apte à jouer dans la poussière à haute vitesse. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le pack off-road AMG Pro du Mercedes-AMG G 63 octroie des amortisseurs plus gros au 4×4 allemand. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes G 580 EQ se reconnait à sa calandre noire, quelle que soit la couleur extérieure. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

L’habitacle du Mercedes G 580 EQ est identique aux versions thermiques. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes G 580 EQ peut traverser des gués allant jusqu’à 85 cm de profondeur. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Croisement de ponts et fortes pentes ne font pas peur au Mercedes G 580 EQ . © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes G 500 est le plus homogène de tous. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Sur la route, le Mercedes G 500 est le plus confortable de la gamme. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes G 500 développe 449 ch. © Mercedes

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

L’habitacle du Mercedes G 500 peut être très haut de gamme une fois gréé des bonnes options. © Mercedes

Revu pour 2024, le Classe G étonne toujours par sa capacité à fédérer. Le tout avec un arsenal technologique impressionnant, en électrique comme en thermique, qui le rend plus polyvalent que jamais.

Les plus

  • Capacités tout terrain de l’électrique
  • Performances et comportement de l’AMG
  • Confort et raffinement du G 500
  • Look intact quelle que soit la version
  • Personnalités différentes suivant la motorisation

Les moins

  • Poids démentiel
  • Boîte de l’AMG un peu lente
  • Tarifs sans limite avec le malus

Le Classe G est une institution pour Mercedes. Quasiment érigé au rang de sous-marque au sein du groupe allemand, le modèle est devenu une icône que les stars s’arrachent, preuve que la vocation pratique, robuste et utilitaire de la toute première génération sortie en 1979 n’est plus qu’un lointain souvenir. Nous avons pris successivement le volant des trois motorisations de la nouvelle gamme 2024 (G 500 6-cylindres, G 63 AMG V8 et G 580 électrique), dans le sud de la France, pour les comparer. Et plus qu’un vainqueur de ce match amical, il ressort surtout l’idée que si chaque version est capable de faire une bonne partie de ce que font les deux autres, chacune dispose d’une personnalité propre. Bardé de défauts inhérents à son gabarit et son châssis échelle, mais également doué de qualités bien réelles, voici 5 raisons qui font du Mercedes Classe G un incontournable parmi les SUV et 4×4 de luxe.

1. Une facilité déconcertante en tout-terrain

Grosse nouveauté de la gamme, le G 580 avec technologie EQ est le premier Classe G 100 % électrique de l’histoire. On aurait pu craindre que ses 587 ch et 1 164 Nm de couple ne soient un frein pour la conduite tout terrain mais il n’en est rien. L’électronique ultra poussée gère efficacement la répartition de la puissance entre les quatre moteurs (deux par essieu), ce qui donne le même effet que des blocages de différentiels mécaniques.

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Croisement de ponts et fortes pentes ne font pas peur au Mercedes G 580 EQ . © Mercedes

Sauf qu’ici, tout est géré automatiquement dès que l’on passe sur un des modes de conduite tout-terrain, de même que la cartographie de la pédale d’accélérateur est très progressive, permettant un dosage fin. Et encore, les plus débutants pourront même configurer un rampage géré automatiquement, qui fait évoluer la voiture à une vitesse donnée sans que l’on n’ait besoin de toucher aux freins ou à l’accélérateur. C’est bluffant en montée, mais encore plus en descente, où la voiture gère toute seule ses 3 085 kg dans des pentes à plusieurs dizaines de degrés ! Il faut accepter de s’en remettre à l’électronique, ce qui n’a rien de rassurant de prime abord, mais la voiture finit par mettre en confiance même les plus sceptiques. Ajoutez-y les fonctions de torque vectoring permises par les quatre moteurs, comme freiner voire bloquer la roue arrière intérieure en virage pour tourner plus court (G-Steering), pivoter sur place (G-Turn), ou encore maximiser la traction sur terrain meuble et vous obtenez le parfait véhicule tout terrain pour profiter du paysage sans transpirer.

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes G 580 EQ peut traverser des gués allant jusqu’à 85 cm de profondeur.© Mercedes

D’autant qu’il n’y a pas à craindre pour l’immense batterie (116 kWh utile, 470 km d’autonomie annoncée en WLTP), protégée par une épaisse plaque faite de carbone-composite d’une rigidité à toute épreuve. Et ne vous y trompez pas : si les G 500 et AMG 63 se passent des goodies tels que le G-Turn, ils sont eux aussi capable d’encaisser des outrages qu’on n’imaginerait même pas infliger à une voiture à plus de 200 000 €.

2. Des performances incongrues

Un temps véhicule d’apparat qui n’assumait pas du tout sa puissance avec un châssis prêt à se tordre sous la déferlante de couple, le G AMG a désormais les armes pour affronter les virages. Il avait déjà fait un grand bond en avant en 2018, lorsque le train avant avait enfin adopté une suspension indépendante. 6 ans plus tard, voilà qu’il peut en plus être gréé de la suspension optionnelle AMG Active Ride Control (4 600 €). Comme sur l’AMG GT, l’amortissement se passe alors de barre antiroulis et les amortisseurs sont interconnectés par un fluide dont la pression augmente en quelques millisecondes pour annihiler les mouvements de roulis. L’efficacité générale est bluffante, car le grand gaillard avale les virages avec une agilité insoupçonnée eu égard de sa masse (2 640 kg). Il n’y a quasi plus de sensation de flottement, la direction est précise et fidèle et le G ne s’affaisse que très peu sous la contrainte. Un véritable tour de force qui, s’il ne transforme pas le 4×4 en sportive ou en concurrent de fusées telles que les Lamborghini Urus et Ferrari Purosangue, permet en revanche d’adopter un rythme déjà plus que déraisonnable sur la route. Gare à l’excès de confiance sur chaussée mouillée…

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Avec la suspension AMG Active Ride Control, le Mercedes-AMG G 63 est impressionnant d’efficacité sur route. © Mercedes

De son côté, le V8 4.0 biturbo de 585 ch est au meilleur de sa forme grâce à sa micro-hybridation et il ne se prive pas de pétarader et de souffler comme un bœuf à chaque levé de pied, les soupapes de décharge des turbos étant particulièrement sonores de l’extérieur. Seule la boîte paraît un peu en retrait, car pas aussi rapide que la fougue mécanique le laisse suggérer. Et s’il impressionne sur la route, l’AMG est tout aussi démonstratif sur un parcours tout-terrain roulant. Grâce au pack Off-Road AMG Pro (12 000 €) qui comprend une version révisée de l’Active Ride Control avec des amortisseurs plus gros, il est capable de glisser et de sauter (testé et approuvé) de façon totalement improbable, pour le plus grand bonheur de la personne qui en prendra le volant, mais moins de ses passagers. Il y a fort à parier que 90 % de la clientèle européenne n’exploitera pas ne serait-ce qu’un quart des capacités hors-normes de l’engin, mais aux dire de la marque, les clients du Golfe sont ravis de ces nouvelles capacités ! Le G 580 EQ, pachydermique, est bien moins démonstratif sur la route sauf en ligne droite, où ses accélérations sont quasi aussi violentes que l’AMG.

3. Une voiture de luxe feutrée et confortable

Pour ceux qui jugent l’AMG trop voyant et l’autonomie de l’électrique trop juste, le G 500 se pose au contraire comme le G du voyage. Plus confortable que ses frères car bien plus souple que l’AMG et moins trépidant que le 580 EQ, plus discret aussi mais pas moins appréciable, il profite d’un 6-cylindres en ligne de 449 ch qui est déjà largement suffisant pour mouvoir la bête. Surtout qu’à 2 485 kg, c’est le plus léger des trois ! Difficile de parler « d’entrée de gamme » pour une voiture affichée près de 170 000 € avant malus et option, et pourtant c’est bien le moins cher au catalogue.

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le Mercedes G 500 développe 449 ch.© Mercedes

Un tarif qui reflète bien le positionnement luxueux du Classe G, dont cette version 500 étonne par son homogénéité. Entre le moteur onctueux et pas désagréable à l’oreille, les prestations routières qui raviront les gros rouleurs et une insonorisation bluffante jusqu’à 100 km/h, il n’y a vraiment pas de quoi bouder le petit dernier qui mise sur le raffinement pour séduire. Choisissez une belle configuration avec un plancher de coffre en bois et une sellerie contrastée, et vous avez là le G des connaisseurs, qui ne verse pas dans l’ostentatoire mais qui sera le meilleur allié pour rallier en toute quiétude votre chalet à Megève l’hiver prochain.

4. Un capital sympathie hallucinant

Evoluer au volant du Classe G donne un peu l’impression de rouler sur le monde. C’est en tout cas le constat qui s’impose quand un Audi Q7 croisé sur la route paraît bien fluet en comparaison ! Mais à l’inverse de beaucoup de SUV, on n’enlèvera pas au Mercedes un immense capital sympathie. Les gens adorent ou le détestent, mais les regards des passants étaient bien plus souvent admiratifs qu’empreints de dégoût lors de notre essai. Et ce n’est pas sa popularité auprès du showbiz et dans les centres urbains richissimes qui viendra changer cette impression. En gardant une recette hautement peaufinée mais quasi inchangée depuis des décennies, le G ne prend aucun risque et met toutes les chances de son coté pour perpétuer le carton commercial.

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

L’habitacle du Mercedes G 580 EQ est identique aux versions thermiques. © Mercedes

5. Une cote qui ne faiblit pas

Et avec la popularité vient évidemment le maintient de la cote en occasion. Les versions AMG sont les plus demandées (elles représentent environ 80 % des ventes de la gamme en France) mais les autres motorisations, essence notamment, gardent aussi une valeur très élevée en seconde main, même avec plus de 100 000 km au compteur. Il n’y a aucune raison pour que ça change avec ce millésime 2024 définitivement bien né, mais la question se pose tout de même pour l’électrique. Ce dernier aura la lourde tâche de trouver son public, mais il y a fort à parier que la clientèle urbaine sera ravie de pouvoir se déplacer sans bruit (sauf en activant le son artificiel G-Roar qui gronde presque comme un V8 !), sans vibration et surtout sans restriction car sans émissions de CO2. La douloureuse ? 228 500 € avant options en incluant 60 000 € de malus français pour le G 500, et carrément 263 850 € avec malus (mais sans options) pour l’AMG ! De quoi faire ressortir le G 580 EQ comme le choix le plus pragmatique chez nous, car il est proposé à partir de 174 100 €. Les intéressés devront toutefois patienter plus d’un an pour le recevoir s’ils le veulent à ce prix, car c’est la version de lancement Edition One, à 195 500 €, qui sera exclusivement produite lors de la première année de commercialisation.

mercedes, classe g, essai nouveau mercedes classe g (2024) : 5 raisons qui le rendent incontournable

Le pack off-road AMG Pro du Mercedes-AMG G 63 octroie des amortisseurs plus gros au 4×4 allemand.© Mercedes

A chacun sa chacune, donc, avec une voiture dont la motorisation dicte au final la personnalité. Tout un programme pour celui qui reste, comme son prédécesseur, l’un des 4×4 les plus hors-normes de la production actuelle, au grand dam des écologistes et pour le plus grand bonheur de ses nombreux fans.

Notez cet article Publié le 14/05/2024 à 06:00 Véhicules d’occasion

TOP STORIES

Top List in the World