Actualités

Hybride rechargeable : jusqu’à 300 % de différence entre les consommations annoncées et la réalité

Grâce à la collecte de données de centaines de milliers de véhicules, la Commission Européenne a établi des différences de consommations entre les valeurs annoncées WLTP, et la réalité. Et sans surprise, l’hybride rechargeable bat tous les records.

Ce n’est un secret pour personne et L’Automobile Magazine s’applique depuis des décennies à le vérifier : les chiffres de consommations de carburant annoncés par les constructeurs automobiles, et ceux que l’on constate dans la réalité, sont toujours différents. Notamment parce que les cycles de tests (WLTP) ne reflètent pas forcément au mieux la réalité, même s’ils tentent de s’en rapprocher. Sans parler de la triches chez certains constructeurs pour optimiser les rejets de polluants.

C’est d’ailleurs suite à un certain Dieselgate que la Commission Européenne a imposé à partir de 2021 que chaque voiture neuve soit équipée de l’OBFCM (pour On Board Fuel Consomption Monitoring), une sorte de mouchard qui collecte les données de consommation et d’émissions des voitures, afin qu’elles puissent être analysées et, éventuellement, détecter des fraudes.

hybride rechargeable : jusqu’à 300 % de différence entre les consommations annoncées et la réalité

Le Dieselgate a éclaboussé l’industrie automobile comme rarement.© Audi

Dans son tout premier rapport du genre, la Commission Européenne vient de mettre en lumière non pas de nouvelles fraudes, mais un gros écart entre les données annoncées par les constructeurs, et celles réalisées par les automobilistes au volant de leur voiture. Notamment, et c’est pas une surprise, en ce qui concerne l’hybride rechargeable !

Essence et diesel légèrement sous-évalués

Le 18 mars dernier, l’instance européenne a ainsi rendue publique son rapport concernant les données collectées sur toute l’année 2021. Elles concernent pas moins de 600 000 véhicules dont une grande majorité de voitures essence et diesel. Et vous ne serez sans doute pas étonnés d’apprendre que la consommation moyenne relevée par les “mouchards” est bien plus élevée que sur les fiches techniques des voitures.

Ainsi en ce qui concerne l’essence, sur 274 451 véhicules analysées, la consommation moyenne aurait dû être de 6,38 litres aux 100 km. Alors que dans les faits, elle s’élevait plutôt à 7,38 l/100 km. Soit un écart de 23,73 %.

hybride rechargeable : jusqu’à 300 % de différence entre les consommations annoncées et la réalité

Les consommations des essence et des diesel un peu optimistes.© Didier RIC

Le bilan est un peu meilleur pour le diesel avec des différences relevées sur les 219 003 voitures analysées de 18,14 %, soit une moyenne WLTP de 5,82 l/100 km, et une réalité qui s’établit à 6,88 l/100 km.

Si l’on fait la moyenne de toutes ces voitures à moteur thermique, non électrifiées, la différence entre les chiffres WLTP annoncés par les constructeurs et la réalité du terrain est de 21,37 % sur les 493 454 voitures analysées, soit 7,44 l/100 km en réel, contre 6,13 l/100 km annoncés.

Les écarts ahurissant de l’hybride rechargeable

Mais là où ce rapport de la Commission européenne prend une toute autre ampleur, c’est sur l’hybride rechargeable. Sans surprise, les consommations sont bien plus élevées qu’annoncées car, on le sait, beaucoup de PHEV ont été achetés par des sociétés, qui les mettent à disposition de leurs employés sans aucune pédagogie ni réflexion sur l’infrastructure de recharge. Et comme les PHEV sont plus lourds en raison de leur batterie qui leur permet, en théorie au moins de rouler en tout électrique sur quelques dizaines de kilomètres, la consommation explose. À cela s’ajoute un cycle WLTP sans doute bien loin des réalités.

Mais ces données relevées à grande échelle permettent de prendre l’ampleur des différences entre chiffres théoriques et réalité : et sur les données de 123 740 véhicules analysés, on passe d’une consommation théorique de 1,69 l/100 km, à 5,94 l/100 km en réalité. Soit une différence de 250,53 % !

hybride rechargeable : jusqu’à 300 % de différence entre les consommations annoncées et la réalité

Les hybrides rechargeables mal utilisées ne sont évidemment pas efficientes, chiffres de milliers de véhicules à l’appui.© Volkswagen

Dans le détail des chiffres des PHEV, ceux qui embarquent allient électrique et diesel sont de loin les pires. Même si la consommation est moindre qu’avec moteur essence, sur 24 893 voitures analysées, la moyenne relevée était de 5,83 l/100 km, contre 1,41 k/100 km en WLTP. Une différence de 312,12 % ! Pour les hybrides rechargeables essence ,elle est de 238,10 % (98 847 voitures analysées), soit 5,97 l/100 km relevés, contre 1,76 l/100 km annoncés.

Notre classement et nos mesures des voitures hybrides rechargeables avec une grande autonomie électrique et une faible consommation d’essence

Et marque par marque ?

Enfin, tant qu’à faire, les données publiées par la Commission européenne (passionnantes et accessibles sur ce lien) permettent aussi de voir les différences entre chiffres annoncés et réalité, constructeur par constructeur.

Ainsi en ce qui concerne les émissions de CO2, sur les véhicules essence par exemple, on peut noter une différence de 30,74 % entre les chiffres WLTP et la réalité (respectivement 170,4 et 130,3 g/CO2/km). À titre de comparaison, c’est deux fois plus qu’un Volkswagen, avec 15,92 % d’écart relevés (170,7 en réel, 147,4 en WLTP).

Les marques les plus sportives, comme Mercedes-AMG et Ferrari affichent elles les écarts les plus gros : 45,48 % pour l’Allemand (290,1 WLTP contre 422,1 réel) et 45,35 % pour l’Italien (255,2 WLTP contre 370,9 réel).

Un tour chez les constructeurs qui vendent des hybrides rechargeables, et là, le meilleur élève est Kia avec une différence de “seulement” 161,4 % entre les émissions WLTP, 33,7 CO2 g/km, et les émissions réelles, 88,1 CO2 g/km. La palme du plus gros écart revient lui à Suzuki qui, en annonçant des émissions moyennes de 22 g/km de CO2, et qui en rejette réellement en moyenne 116,2, affiche 428,3 % de différence. Chez les constructeurs français, l’écart chez Renault est de 190,8 %, et de 301 % chez Peugeot.

Notez cet article Publié le 12/05/2024 à 09:00 Véhicules d’occasion

TOP STORIES

Top List in the World