Finance

Le chinois Leapmotor arrive en Europe grâce à Stellantis dès septembre 2024

le chinois leapmotor arrive en europe grâce à stellantis dès septembre 2024

Le chinois Leapmotor arrive en Europe grâce à Stellantis dès septembre 2024

Le partenariat entre le groupe Stellantis et le constructeur chinois Leapmotor est désormais scellé, et va bientôt montrer ses premiers effets. Parmi eux, l’introduction de nouveaux modèles Leapmotor à travers 9 pays européens dès septembre 2024, vendus et entretenus grâce au réseau Stellantis.

L’annonce avait fait grand bruit à l’automne 2023 : le géant automobile Stellantis (propriétaire de 14 marques dont Peugeot, Citroën, Opel, Fiat, Alfa Romeo…) et le jeune constructeur chinois Leapmotor signaient une alliance pour mettre en commun leur savoir-faire et leur capacité de production. Stellantis avait investit 1,5 milliard d’euros pour prendre une participation de 21 % au capital de Leapmotor. Tout cela, alors même que le PDG de Stellantis Carlos Tavares était plutôt virulent à l’égard de la production automobile chinoise jusqu’alors.

Quelques mois plus tard, Carlos Tavares nous a dévoilé une partie des raisons pour lesquelles ce partenariat s’est concrétisé, en compagnie de Jiangming Zhu, le patron de Leapmotor. Lors d’une conférence de presse commune à Hangzhou (Chine), le fief de Leapmotor, les patrons des deux marques sont revenus sur cette coentreprise simplement baptisée Leapmotor International. Elle a pour but “d’accélérer l’arrivée sur le marché européen de petits modèles électriques intelligents et abordables” chez Stellantis, tout en développant très rapidement l’activité du constructeur chinois en Europe, en s’appuyant sur un réseau de distribution déjà existant. Précisons que la coentreprise détient les droits exclusifs d’exportation, de vente et de fabrication des produits Leapmotor en dehors de la Chine.

Deux véhicules commercialisés dès septembre 2024

Ainsi, la coentreprise lancera la commercialisation de deux modèles badgés Leapmotor dès septembre 2024 en Europe, avec 9 pays concernés au départ : France, Portugal, Espagne, Belgique, Pays-Bas, Italie, Allemagne et Roumanie. 200 points de vente seront implantés d’ici la fin de l’année dans ces différents pays (que ce soit des concessions dédiées ou des corners dans les centres multimarques Stellantis &You), avant que la marque ne s’exporte dans d’autres régions du monde : l’Inde et l’Asie Pacifique (Australie, Nouvelle-Zélande, Thaïlande, Malaisie), l’Amérique du Sud (Brésil et Chili), le Moyen-Orient et l’Afrique (Turquie, Israël, Outre-mer français).

Pour commencer, Leapmotor commercialisera deux modèles : la T03, une citadine électrique abordable concurrente de la Dacia Spring (mais aussi de la Citroën ë-C3 du groupe Stellantis !) et déjà vendue à quelques exemplaires chez nous, et le C10, un SUV électrique du gabarit d’un Tesla Model Y offrant jusqu’à 420 km d’autonomie selon le cycle WLTP. La citadine affiche quant à elle 265 km d’autonomie sur le papier, et une puissance de 109 ch. Elle pourrait être produite en Europe, dans l’usine Stellantis de Tychy (Pologne) où sont aujourd’hui fabriqués les Fiat 500 thermique et 600, le Jeep Avenger ou encore l’Alfa Romeo Junior. Stellantis et Leapmotor n’ont pas confirmé le lieu de production ni les tarifs, mais elle devrait tourner autour des 20 000 € selon nos estimations, comme une Dacia Spring récemment mise à jour… ou la nouvelle Citroën ë-C3, qui fera ses débuts officiels au mois de juin.

Un programme chargé, mais un positionnement à risque

Par la suite, la marque chinoise lancera un véhicule par an pendant trois ans, et dévoile déjà en partie son plan produit : un SUV sera proposé en 2025, suivi par une compacte en 2026. Une autre compacte et un autre SUV seront ensuite lancés, d’ici 2028. Espérons que ces modèles ne soient pas trop proches de ceux de Stellantis, déjà nombreux et parfois en concurrence interne. Interrogé à ce sujet, Carlos Tavares a tenu à préciser que Stellantis “ne positionnera pas Leapmotor contre les autres marques de son groupe” mais plutôt “en concurrence avec d’autres groupes sur le marché mondial dont l’image de marque est similaire à celle de Leapmotor sur le marché chinois”. C’est-à-dire des produits bon marchés mais efficients, utilisant une technologie électrique éprouvée.

Photos : DR.

L’alliance entre Stellantis et un constructeur chinois actée

Des Leapmotor T03 bientôt assemblées par Stellantis en Pologne ?

Dacia Spring vs Leapmotor T03 : match de citadines électriques chinoises

Rejoignez Auto-Moto sur WhatsApp pour ne rien manquer de l’actualité auto et 2-roues !

TOP STORIES

Top List in the World