Finance

Liquidation de MA France : Stellantis responsable ?

Les syndicats, après avoir fait capoté un accord selon Stellantis, reprochent au group italo-américano-français d’avoir laissé tomber MA France, un sous-traitant qui ne lui appartient pourtant pas. Au milieu de tout cela des centaines de familles dans le désarrois.

liquidation de ma france : stellantis responsable ?

Liquidation de MA France : Stellantis responsable ?

MA France (Magnetto Automotive) a été placé en liquidation judiciaire hier 13 mai 2024. Ce sous-traitant sis à Aulnay-sous-bois était la dernière usine automobile de Seine-Saint-Denis. Avec sa fermeture, le site d’Aulnay clôt définitivement le chapitre automobile de son histoire.

MA France, ce sont 280 salariés en CDI et 120 à 150 intérimaires qui étaient en grève depuis plusieurs semaines (17 avril 2024), provoquant des ruptures de chaînes chez Stellantis et la mise à l’arrêt de plusieurs lignes de montage. Il faut dire que cette usine d’emboutissage voyait plus de 80% de sa production aller à Stellantis. Et c’est là que porte le point de discorde. En effet, MA France était la propriété du groupe italien CLN Group qui compte près de 10 000 salariés dans le monde dans deux pôles : MA pour le métal à destination de l’automobile, et MW pour tous les aciers.

Pour soutenir son activité et conserver sa rentabilité, MA France avait demandé à son principal client, Stellantis, mais aussi Renault, de relever les prix de 12% au titre de l’inflation. Stellantis ayant refusé cette hausse (ce qu’il avait le droit de faire NDLA), MA France n’a eu d’autre choix que de mettre la clef sous la porte.

Fournisseur de pièces pour les utilitaires Stellantis, MA France paie à la fois la volonté de délocalisation d’une partie de la production des utilitaires en Turquie, mais aussi une reprise interne de l’emboutissage. Toutefois, comme bien souvent, MA France avait un client quasi-exclusif. Quand ce client retire ses commandes pour aller voir ailleurs, l’usine tousse, et ferme. De nombreux ateliers et/ou fonderies automobiles qui faisaient le tissu économique automobile de nos provinces ont disparu comme cela, faute d’avoir anticipé et recherché de nouveaux débouchés.

Est-ce la faute pour autant du client ? Sans doute pas, malgré ce qu’en disent certains syndicats, mais aussi politiques qui estiment que Stellantis aurait dû soutenir ce fournisseur. Et de même en parallèle les millions d’euros de traitement de Carlos Tavares et ces employés qui perdent leur boulot “de la faute de Stellantis”.

Le Tribunal de Commerce de Bobigny a jugé que MA France ne pouvait pas être placé en redressement et a prononcé la liquidation à la “surprise” des salariés. Une délégation de salariés a été reçue par le Procureur de la République, Eric Mathais, pour lui demander de faire appel de la décision du tribunal. Mais pour quelle solution s’il n’y a plus 80% des commandes ?

Aulnay-sous-Bois, 52 ans d’usines automobiles

MA France est héritier de Citroën à Aulnay. Quittant le 15e arrondissement de Paris, Citroën s’installe à Aulnay-sous-Bois en 1972. Le site comporte plusieurs usines et 8 000 salariés sont rapidement employés sur place. Sauf qu’en 1976, Citroën est racheté (sous pression du gouvernement de l’époque) par Peugeot à Michelin. Et forcément, les usines font doublon. Les premiers plans de licenciement tombent au milieu des années 80.

La production va aller bon an mal an, avec les aléas industriels et les délocalisations. PSA décide de vendre son atelier d’emboutissage. Cela deviendra Magnetto Automotive France, alias MA France, filiale de CLN Group. L’usine PSA d’Aulnay de son côté bat des records de productivité et de production annuelle malgré des effectifs qui fondent peu à peu (5000 salariés environ en 2004).

Régulièrement dans le viseur de la direction pour ses conflits ou menaces de conflits syndicaux, Aulnay va être fermée. Officiellement, ce sont les conditions économiques, mais Peugeot a préféré “sacrifier” Aulnay la Citroëniste, à Poissy la Peugeotiste. Avec la liquidation de MA France, Aulnay ferme définitivement une page automobile de 52 ans.

TOP STORIES

Top List in the World