Auto

Paris veut chasser les SUV de la ville en tapant dans le porte-monnaie des conducteurs

Face à l’enjeu environnemental croissant, Paris opte pour une mesure radicale en triplant les frais de stationnement pour les véhicules jugés lourds et polluants. Cette décision, fruit d’un vote serré, vise à limiter la présence des SUV dans les rues de la capitale, en faveur d’un cadre de vie plus sain et d’une réduction notable de la pollution.

paris veut chasser les suv de la ville en tapant dans le porte-monnaie des conducteurs Source : MG

Une récente analyse montre que les dimensions des véhicules augmentent, notamment celles des SUV, ce qui engendre des complications pour le stationnement en milieu urbain. Cette évolution est particulièrement visible. Par exemple, le Model Y de Tesla, qui se distingue comme le véhicule électrique le plus vendu en Europe souligne la tendance à l’augmentation de la taille des voitures neuves.

Dans le secteur des voitures électriques, les SUV figurent en bonne place parmi les modèles les plus populaires en France. Face à cette situation, la ville de Paris a proposé une solution controversée : augmenter significativement les tarifs de stationnement pour ces véhicules lourds et volumineux, dans le but de décourager leur utilisation en centre-ville et de promouvoir une mobilité plus durable.

Paris sévit contre les SUV et triple leurs frais de stationnement

La consultation populaire a débouché sur une approbation de 54,55% en faveur de l’augmentation des tarifs de stationnement pour les voitures lourdes. Sur les 1,3 million d’électeurs convoqués, seuls 78.000 ont participé, traduisant une faible mobilisation de 5,68%. Ce scrutin cible principalement les SUV et les 4×4, dont la présence encombrante et polluante dans les rues parisiennes est désormais tarifée à 18 euros de l’heure dans les zones centrales et 12 euros ailleurs, applicable dès le 1er septembre.

Cette décision a suscité des réactions variées. Anne Hidalgo, maire de Paris, considère ce résultat comme une avancée pour la santé publique et l’environnement, malgré la faible participation. À l’inverse, l’opposition critique la légitimité de cette mesure au vu de la mobilisation modeste et de l’issue serrée du vote. La distinction est faite pour les résidents et certains professionnels, qui ne seront pas soumis à cette augmentation, soulignant une volonté de concilier nécessité environnementale et impact minimal sur la vie quotidienne des parisiens. Du côté des associations d’automobilistes, ces dernières remettent en question la catégorisation des SUV, la qualifiant d’« appellation marketing » sans fondement réel. L’opposition politique y voit une manœuvre de la ville, accusée de les cibler spécifiquement alors que la mesure pourrait affecter une gamme plus large de véhicules.

Source : Le Figaro

TOP STORIES

Top List in the World