Actualités

Pourquoi 2024 est l’année de tous les espoirs pour la voiture française

Après une année 2023 marquée par quelques nouveautés, 2024 ne s’annonce pas moins riche pour l’automobile française. Au contraire.

On l’espère, mais il est trop tôt pour savoir si les JO d’été de Paris souriront aux athlètes français. Côté automobile aussi, les compétiteurs sont nombreux à vouloir faire retentir la Marseillaise. Citroën, DS, Peugeot et Renault sont ainsi dans les starting-blocks. Et même l’élitiste Bugatti va dévoiler – début avril – un de ses sprinters qui laissent la concurrence sur place. La moisson de récompenses commence par l’or pour le Losange et l’argent pour les Chevrons au championnat du SAV.

pourquoi 2024 est l’année de tous les espoirs pour la voiture française

Le Peugeot e-3008 inaugure la plateforme technique STLA Medium du groupe Stellantis.© Alex Krassovsky

Une épreuve dans la durée, aussi disputée qu’exclusive, dont “L’A.M.” est l’instigateur depuis plus de vingt-cinq ans. Et d’autres rencontres attendent déjà nos mousquetaires. En particulier, la finale de la Voiture de l’année, titre ô combien symbolique depuis les JO de Tokyo, en 1964, que briguent les nouveaux Scénic et 3008. Un premier derby avant de se répartir les amateurs de marathons en 100 % électrique. Quoiqu’à examiner le marché actuel, ces familiales made in France ne seront pas trop de deux pour desserrer l’étau sino-­américain qui étreint le segment de la “watture”. Essayés en avant-­première par “L’A.M.” en décembre dernier, les e-3008 et Scénic de présérie se sont montrés au niveau. Depuis, ils ont dégainé des tarifs leur ouvrant l’accès au bonus 2024.

pourquoi 2024 est l’année de tous les espoirs pour la voiture française

Le Renault Scénic électrique.© Renault

Renault, Citroën, DS…

La délégation Renault s’affaire aussi autour de la R5, qui fera ses débuts officiels fin février pour jouer ses premiers matchs à l’automne. Une électrique rétro-­design qui surfe sur une vague portant depuis des années deux performeuses européennes, les Mini et 500. Et le Losange de tabler sur un costaud – le Rafale – et un outsider aux initiales mystérieuses – le DJB – pour rallier les fans de thermiques. Dans la catégorie poids plume, la nouvelle Citroën C3 peaufine ses figures libres (design, versions essence et électriques, prix serrés…) pour contrer des roumaines et chinoises en vogue.

pourquoi 2024 est l’année de tous les espoirs pour la voiture française

La nouvelle Citroën ë-C3.© DR

À l’opposé, le label chic de Stellantis place ses ambitions dans la nouvelle DS 8. Un bretteur 100 % électrique sous forte influence de l’Aero Sport Lounge de 2020, qui doit faire plus que de la figuration alors que déboulent des concurrents inattendus (BYD, Zeekr et autres). Et comme il n’est de compétition mémorable sans prolongation, ce sera au C3 Aircross de prendre la piste avant le coup sifflet final de 2024. Incontestablement, l’année à venir est celle de tous les espoirs tricolores. Gageons que la moisson de médailles sera à la hauteur des énormes efforts consentis, même si l’esprit de Coubertin assure que “L’essentiel n’est pas d’avoir vaincu, mais de s’être bien battu”.

Notez cet article Publié le 05/02/2024 Mis à jour le 05/02/2024

TOP STORIES

Top List in the World