Porsche

Sport

WEC : doublé Porsche aux 6 Heures de Spa

wec : doublé porsche aux 6 heures de spa

Team Jota s’est imposé à Spa, premier succès de l’équipe en WEC. (DPPI/Dppi)

Porsche s’est imposé samedi lors des 6 Heures de Spa, 3e manche du WEC, marquées par une longue interruption, et signe même un doublé avec la Jota Team n°12 devant la Penske n°6. Ferrari complète le podium avec la n°50.

Il y a eu deux courses samedi à Spa, la première avant l’interruption suite à l’accident de la Cadillac n°2 et la BMW M4 n°31, globalement dominée par Porsche et Ferrari, et la seconde, après ce drapeau rouge, qui a provoqué une extension de la course de la durée de l’interruption, soit 1h44, uniquement dominée par Porsche, qui à l’arrivée signe un doublé lors de ces 6 Heures de Spa, troisième manche du WEC.

Il a suffi que les deux Porsche 963 n°12 et n°6 s’arrêtent au stand juste avant l’accident pour qu’elles bénéficient de ce coup de chance pour prendre les commandes de la course au restart, leurs rivales étant obligées de s’arrêter pour éviter le coup de la panne, en premier lieu les deux Ferrari 499P alors qu’elles étaient très bien placées pour un doublé, la n°51 (Alessandro Pier Guidi – James Calado – Antonio Giovinazzi) devant la n°50 (Antonio Fuoco – Miguel Molina – Niklas Nielsen).

Toyota continue d’interroger

Étant donné l’excellent rythme en course des protos allemands, leur doublé, avec la n°12 (Will Stevens – Callum Ilott) devant la n°6 (Kévin Estre – André Lotterer – Laurens Vanthoor) n’est pas immérité mais du côté italien, qui va quitter la Belgique avec seulement la n°50 sur le podium, alors qu’elle partait dernière de la catégorie après sa disqualification suite à la pole de Fuoco vendredi, on a sans doute peu apprécié la décision de la direction de course, conforme au règlement néanmoins, de prolonger l’épreuve. La n°51 a, elle, pris la 4e place.

Toyota, dont le rythme en course continue d’interroger, n’a jamais été en mesure de jouer avec les Porsche et les Ferrari, et sa stratégie initiale de conserver ses pneus pour accélérer en fin de course est tombée à l’eau avec toutes les interruptions. Au final, la 6e place de la n°7 (Mike Conway – Kamui Kobayashi – Nyck de Vries), devant la n°8 (Sébastien Buemi – Brendon Hartley – Ryo Hirakawa) ne semble pas un si mauvais résultat. Elles sont devancées par une autre Porsche, la n°99 de Proton Competition (Julien Andlauer – Neel Jani), qui a un temps occupé la tête, grâce à la performance phénoménale du pilote français, et pouvait viser un podium sans tous les incidents de course.

Des progrès pour Alpine

Dans le clan français, Alpine a montré des progrès encourageants pour sa troisième course dans la catégorie. Dans la foulée de la bonne qualification de Charles Milesi (7e sur la grille), les A424 ont fait une belle course, sans commettre d’erreur et en montrant un rythme intéressant, et place la n°35 (Paul-Loup Chatin – Jules Gounon – Charles Milesi) à la 9e place, alors que la n°36 (Nicolas Lapierre – Mick Schumacher – Matthieu Vaxivière) est en dehors du top 10, 12e.

En revanche, Peugeot n’a pas franchement rassuré à un mois des 24 Heures du Mans. Le résultat des qualifications n’était déjà pas très enthousiasmant (13e place pour la n°93, 15e place pour la n°94), la performance en piste ne l’a pas franchement été non plus, avec des 9X8 version 2024 qui ont passé le plus clair de leur temps entre la 12e et la 15e place. Le résultat de la n°93 (Mikkel Jensen – Nico Müller), 10e, apparaît donc comme une très bonne surprise pour la marque au Lion, dont le deuxième proto, la n°94 (Loïc Duval – Paul di Resta) a fini 14e.

TOP STORIES

Top List in the World